Regards croisés (5) : Penn State University : exemple d’intégration de la recherche

En mars 2016 une délégation toulousaine a visité l’Université de Penn State aux Etats-Unis comme possible préfiguration d’une université cible pour l’université de Toulouse. Une douzaine d’entretiens ont été menés sur 3 jours afin de cerner la politique de l’université. Retour sur un modèle d'intégration de la recherche en Instituts Interdisciplinaires.

Les Instituts interdisciplinaires

Les instituts interdisciplinaires ont été créés à partir des années 1990 pour décloisonner les recherches conduites dans les départements. Le budget nécessaire à leur lancement a été prélevé sur les collèges (2% de contribution annuelle sur plusieurs années). Leur budget annuel varie de 9 à 14 MUSD par an en fonction de l’Institut.

On en dénombre cinq principaux qui couvrent les domaines suivants :

  • énergie et environnement
  • cyber science
  • sciences des matériaux
  • sciences sociales
  • sciences de la vie

Certains instituts disposent de locaux en propres (abritant notamment les équipements mutualisés), alors que d’autres ne disposent que de quelques bureaux pour l’administration. Les chercheurs font leur recherche majoritairement dans les « départements », mais l’institut est le siège d’une animation scientifique.

La mission des Instituts est de favoriser l’interdisciplinarité en conduisant une politique de soutien à des projets par affectation de moyens logistiques, humains et financiers. La manière d’accomplir cette mission varie d’un institut à l’autre, en fonction de la taille et de la personnalité du directeur et de l’historique. A noter que les instituts rapportent directement au Vice-Président Recherche et non au provost qui est responsable de la recherche dans les départements.

Les instituts sont structurés typiquement autour de trois comités (l’organisation interne semble largement à la diligence des directeurs d’instituts) :

  • le comité de conseil interne (Internal Advisory Board) qui conseille le Directeur,
  • le comité de prospective (Oversight Committee),
  • le comité de pilotage (Steering Committee).

C’est ce dernier comité qui joue un rôle central dans l’identification des sujets interdisciplinaires. Il est notamment composé des doyens de facultés (collèges) qui sont les plus concernés par le domaine couvert par l’institut.

Les appels à projets courent tout au long de l’année et sont sélectionnés par l’Institut. Les soutiens apportés aux sujets pluridisciplinaires sont de plusieurs ordres :

  • soutien logistique au projet par mise à disposition d’équipements, de personnels qualifiés pour l’entretien et/ou le développement des outils génériques ou des plateformes (PhD), de sessions de formation à la communication scientifique, d’aide à l’écriture et à la gestion des projets,
  • soutien financier (différents niveaux de soutien qui dépend aussi du type d’activité mais a priori présentés comme des fonds d’amorçage). Certains Instituts (Social Sciences) financent des décharges de service,
  • mais le soutien le plus important se fait à travers le co-financement d’un personnel (faculty member) et de son environnement : jusqu’à 50% du salaire provient de l’Institut, le reste provient du département porteur (le plus concerné des départements puisque les projets sont obligatoirement pluri-départements).

Un personnel recruté dans ce cadre conduit sa recherche au sein de son département mais doit développer l’interdisciplinarité. S’il ne le fait pas mais conduit par ailleurs une activité disciplinaire de bon niveau, il peut être remplacé par un collègue de son département. S’il ne conduit pas non plus une activité disciplinaire de bon niveau, sa part salariale est reprise par l’Institut et réinjectée dans un autre projet.

La philosophie est celle du partage des tâches : les Instituts interdisciplinaires fournissent la logistique, les départements font la science.

Le dispositif n’est profitable que si les collèges (et leurs départements associés) sont convaincus de l’intérêt du dispositif. Il n’y a pas de codécision entre les départements et les Instituts. Ces derniers sont les seuls à décider des sujets à soutenir, les départements ayant par ailleurs les moyens de leur recrutement disciplinaire propre. 20% de la recherche à Penn State est interdisciplinaire avec des projets passant par les Instituts.

Tous les Instituts Interdisciplinaires ne sont pas au même niveau de développement (pour des raisons de culture thématique, de potentiel ou d’antériorité). Ils possèdent tous les éléments de base d’un Institut Interdisciplinaire énumérés ci-dessus, notamment cofinancement des enseignants-chercheurs avec les départements, mise à disposition de la logistique administrative d’appui au montage et au déroulé des projets de recherche, actions incitatives pour favoriser l’émergence balayant différents niveaux de financement (de 10 000 USD à 10 fois plus), supports techniques pour les plates-formes. La réalité de leur impact peut être assez différente.

La « graduate school » (école des docteurs)

Sur les 25 campus de Penn State, 24 délivrent des enseignements jusqu’au Master (Master of Science Degree). Les enseignements post-Masters (doctorat) sont donnés sur le campus principal, University Park.

Les Masters : Il existe 165 programmes de Master dont 95 conduisent au Master Professionnel, pour une demande à hauteur de 24 000 postulants (taux de sélection 20%).

Les étudiants peuvent combiner des diplomations professionnelles (clinical degree MD, master of business administration MBA) et classiques. Une diplomation conjointe reste difficile à mettre en oeuvre pour des raisons de complexité administrative.

Le doctorat : Penn State propose 93 programmes de PhD pour 900 diplômés par an.

Les candidats PhD sont sélectionnés sur la base d’un examen. La graduate school valide le dossier universitaire et le responsable du programme de recherche sélectionne les étudiants à l’issue d’entretiens. Le Master of Science est délivré à ceux qui ne sont pas admis à poursuivre les programmes de PhD, sauf dans les filières professionnalisantes dont les étudiants visent le diplôme de Master Pro qui semble être très compétitif sur le marché de l’emploi.

La gouvernance est réalisée par un comité (graduate council) constitué d’un représentant par collège qui possède au moins un programme PhD. Il existe par ailleurs un programme PhD « interdisciplinaire » unique à Penn State avec deux spécialités et un diplôme unique (duo-title), très apprécié par les employeurs. Les programmes académiques sont gérés par la « graduate school ». Les bourses PhD sont gérées conjointement par les départements et l’école des docteurs.

 

Une idée, une réaction ? Faites-nous part de vos commentaires en contribuant dans la boite à idées.

 


Voir aussi...