Regards croisés (6) : Penn State University : partenariat industriel et relations internationales

En mars 2016 une délégation toulousaine a visité l’Université de Penn State aux Etats-Unis comme possible préfiguration d’une université cible pour l’université de Toulouse. Une douzaine d’entretiens ont été menés sur 3 jours afin de cerner la politique de l’université. Focus sur la politique partenariale et les relations internationales.

Le partenariat industriel

La mission principale est d’aider les étudiants et enseignants chercheurs à faire bénéficier le monde économique des activités universitaires :

  • en mettant en relation les entreprises et l’université, notamment en s’appuyant sur son plan stratégique,
  • en développant l’esprit d’entreprenariat.

Il existe un parc pour l’innovation sur le campus avec 26 starts-up actives et 10 sous licence Penn State.

L’université reconnait qu’elle n’a pas conduit une politique très proactive dans ce domaine jusque-là mais affiche aujourd’hui des ambitions. Elle a d’ailleurs recruté un ancien de General Electric pour mettre en oeuvre cette nouvelle ambition, depuis 18 mois. La politique de la PI est très libérale : si les entreprises payent entièrement la recherche, l’université leur abandonne la PI (correspond aux conditions que nous connaissons pour les contrats de prestation, par exemple). Si des fonds publics sont impliqués, alors l’université est copropriétaire de la PI.

L’université prélève des frais généraux à hauteur de 59% des coûts globaux. 12% est reversé au Collège d’appartenance du PI qui est libre d’en affecter tout ou partie au(x) département(s) impliqué(s).

Office of Sponsored Programmes : Système d’information pour le suivi des relations partenariales

Aide au montage de projets, traçabilité et transparence des opérations, y compris financières, sont les caractéristiques de cet outil numérique (Workflow) bâti en interne à partir des années 1987. Il s’agit d’une plate-forme numérique, déployée et ouverte, permettant l’instruction et le suivi des dossiers de coopération de Penn State, servie par 30 personnes.

Chaque coopération (au niveau fédéral, de l’état, des partenaires privés) est caractérisée et suivie aux niveaux du droit et des engagements réciproques des différentes parties, avec indication de l’état d’avancement des procédures et des dates auxquelles les opérations doivent être achevées. La base est ouverte à tous les personnels de Penn State et garantit une information en temps réel sur les processus de suivi.

L’outil fournit aussi tout document administratif indispensable au montage d’un partenariat quelconque. Les appels à projet fédéraux identifiés par la cellule sont diffusés à travers le web. Le suivi financier se fait à travers les interventions de près de 200 coordonnateurs (correspondants financiers) de recherche répartis dans les différents collèges.

La politique internationale

Elle ne concerne apparemment que la formation mais très peu d’étudiants séjournent à l’étranger dans le cadre de leur cursus (3%). Il existe différents programmes de soutien à la mobilité pour des périodes allant de quelques jours à 6 mois/1 année. L’Université essaye de focaliser les échanges avec des partenaires stratégiques afin d’équilibrer les relations (effort réciproque, facile à implémenter).

 

Une idée, une réaction ? Faites-nous part de vos commentaires en contribuant dans la boite à idées.

 


Voir aussi...